Le pain de vie

Cette période de confinement nous a amené à occuper notre temps d’une manière différente. Et comme pour beaucoup de français, il nous est venu à l’idée de faire notre pain nous-même.

Vous le savez déjà mais les français et le pain, c’est une grande histoire d’amour, on connaît bien le cliché du français avec sa baguette. Il faut savoir que tous les ans en France, il y a 10 000 000 000 de baguettes vendues !

D’après une étude, le pain paraît indissociable de tous les moments de vie des français. Ils ont même peur d’en manquer et cherchent à éviter la rupture de stock ou le gaspillage. Le pain a une place importante dans la vie du français.

Ce qui nous rappelle que Dieu nous a offert un pain tout aussi indissociable de nos moments de vie mais qui, lui, ne peut jamais manquer (heureusement, pas besoin de stocker ou de congeler) car il est tout le temps disponible : c’est Jésus.

Jean 6.35 « Jésus dit : Moi, je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Jésus est notre pain de vie, le pain qui nous donne la vie.

Au même titre que la baguette fournit des nutriments nécessaires au bon fonctionnement de notre corps, Jésus fournit les apports nutritifs essentiels à notre âme, et ces éléments nutritionnels spirituels sont :

  • l’amour, la joie, la paix (en toutes circonstances, même durant cette période difficile à vivre),
  • la patience (pour supporter ce confinement),
  • la bonté, la bienveillance (pour les autres),
  • la foi (pour résister pendant les épreuves),
  • la douceur, la maîtrise de soi.

Des ingrédients qui mettent de la saveur dans notre vie et dans celle de notre entourage (eh oui, n’oubliez pas de partager toutes ces bonnes choses !).

Comme le pain a une place importante dans la vie du français, Jésus a une place importante dans notre vie quotidienne.

Pour terminer, je vous invite à écouter ce chant (cliquez pour écouter) qui dit à Dieu :

« Je m’abandonne, je veux mieux te connaître, fais ta volonté en moi ».

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Où est ton trésor ?

Une de mes activités favorites est le loisir créatif : j’aime peindre, dessiner, créer, … mais le temps manque souvent, ou plutôt je ne prenais pas forcément le temps pour cette activité. Il est plus tentant de regarder une série, aller sur les réseaux sociaux, regarder des vidéos sur YouTube… plutôt que de s’embêter à sortir des crayons, du papier et laisser vivre son imagination, qui, il est vrai, demande un peu d’effort.

J’imagine que certains se reconnaissent car je le sais, je ne suis pas la seule !

Ce temps de confinement oblige à développer notre créativité, en tout cas si ce n’est pas le cas pour vous, je recommande fortement de faire une activité créative pour déconnecter le cerveau des écrans et réveiller la créativité qui sommeille en vous.

En tant que chrétienne, je me suis dis : « pourquoi ne pas allier méditation et créativité ?! ».

Oui c’est possible ! Une pratique très répandue en Amérique et qui commence en France est le Bible Journaling. Il existe des bibles avec, sur chaque page, une marge réservée à la méditation créative.

Ainsi, il est possible d’étudier la Bible, de la méditer et de l’imprégner dans son coeur en inscrivant ses pensées par des dessins, de l’aquarelle, une écriture, …. .

Le mieux est que je vous montre les photos de ma dernière méditation sur ma Bible Journal de bord, ce sera plus simple :

Ma méditation était sur Mathieu chapitre 6.19-21, quand Jésus dit :

« Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur. »

Je crois que cette méditation a toute son importance dans la situation actuelle : où se trouve notre trésor ? Et donc, où se trouve notre coeur ?

Dans les choses terrestres et éphémères, ou bien dans les choses célestes et les promesses de Dieu ?

J’ai trouvé en Jésus la paix, la joie, le véritable amour et la vie en abondance, peu importent les circonstances qui se présentent car il est toujours avec moi.

Peux-tu en dire autant ?

Si ce n’est pas le cas, Jésus t’attends et ne demande qu’à ouvrir ses bras pour t’apporter ce dont tu as besoin. Il ne te reste plus qu’à faire un choix.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Comment va ton âme ?

Dans l’idée de prendre soin de soi durant cette période de confinement, il est peut-être temps de prendre du recul sur notre vie et de se poser les bonnes questions.

Plus d’excuses maintenant, le Covid-19 (ou coronavirus pour les intimes) nous a obligé à faire une pause dans notre vie tumultueuse et bruyante, remplie de quantités d’activités et d’occupations diverses, au point d’en oublier l’essentiel.

Justement, je vous propose de revenir à l’essentiel.

Alors commençons par là où tout commence : notre âme.

Comment va ton âme ?

« Comme on prend soin de son corps et de sa santé, il est important de prendre soin de son âme.

Comment prendre soin de son âme ?

Ce que tu nourris détermine ce qui va dominer sur ta vie.

Commence à « manger » de bonnes choses (Bible), passer du temps dans la présence de Dieu.
Quand tu te nourris de Jesus, tu ressembles à Jesus.

Certains nourrissent leur âme d’insécurité, de frustrations, de blessures,…
Il faut alors revenir à la source qui va venir remplir et donner la vie à ton âme.

Il faut que tu t’arrêtes pour aller boire à cette source.

Il est important de s’arrêter afin de trouver la paix et le repos pour notre âme en Dieu.

Tourmentés par nos soucis, nos problèmes de santé, nos échecs, … on cherche à combler par des choses matérielles et physiques qui vont assouvir un désir personnel et remplacer le vide mais rien à part Dieu ne peut vraiment combler ce vide et cette sécheresse en nous.

Le seul qui peut donner la paix et éloigner le tourment c’est Jesus. Nous ne sommes pas fait pour être auto-suffisants, on a besoin de Dieu.

Alors que je m’arrête et que je prends soin de mon âme, je dois apporter mes fardeaux devant Dieu. Jesus a payé le prix à La Croix pour nous libérer de nos fardeaux. Si on apprend à déposer nos fardeaux devant Dieu alors on reçoit la paix : mon âme est dans la paix.

Il n’y a alors plus de peur d’un diagnostic de maladie, de perte de travail, … car notre confiance est en Lui, on est sans crainte sur ce qui se passera demain.

L’ennemi de l’âme c’est le péché. Il est donc important de déposer nos péchés devant Dieu.

Lorsqu’on a une dépendance forte, la volonté ne veut pas se détacher de cette dépendance et le corps devient esclave du péché. Le corps est esclave de la nôtre volonté et de notre intelligence : l’âme est tourmentée.

Il est important de soumettre notre volonté à la volonté de Dieu pour que notre âme puisse être en paix.

Nourris-tu bien ton âme ? Prends-tu soin de ton âme ?[Cliquez ici pour écouter l’enseignement]

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Pourquoi la souffrance, si Dieu existe ?

Je partage un sujet qui a été abordé dans notre église il y a quelques mois et qui peut nous parler en cette période que nous vivons (j’ai « résumé » l’enseignement mais n’hésitez pas à écouter le podcast pour avoir le message en entier, traduit en français). [Cliquez ici pour écouter]

Pourquoi la souffrance si Dieu existe ?

« Les gens sont spirituellement affamés et je crois que la Parole de Dieu est le pain de vie. Je vais faire de mon mieux pour équilibrer un argument intellectuel, avec amour et compassion pour les personnes qui ont souffert des choses terribles.

Souvent nous demandons pourquoi la souffrance existe parce que nous-mêmes passons par de profondes souffrances.

Premier point : il y a une réalité objective du mal.
Beaucoup de personnes pensent que Dieu ne peut pas être complètement bon s’il y a le mal sur terre, ils remettent en question l’existence de Dieu à cause de l’existence du mal. Si Dieu est bon, pourquoi de mauvaises choses arrivent ? Donc si le mal existe, Dieu n’existe pas, c’est un argument logique.
Pourtant, comment dire que c’est mal si on a rien de bon à quoi le comparer ?

Si on ne croit pas en Dieu, on ne peut pas dire quelque chose est mal. Sans Dieu chacun peut baser ce qui est mal sur sa propre vision des choses, si c’est le cas alors on a 7 milliards de raisons différentes du bien et du mal.

Certaines personnes disent : on a pas besoin de Dieu pour dire ce qui est bon ou mal, c’est l’argument de l’évolution. On sait ce qui est bon ou mal sur la base de ce qui est favorable pour nous. Problème avec cet argument : il enlève toute notion de valeur intrinsèque à l’être humain. On ne peut pas uniquement prendre des décisions sur ce qui est bon pour l’évolution de l’espèce car il y a une valeur à l’intérieur de chaque être humain.

Le second point est la limite de la connaissance humaine.
Les enfants sont limités par la compréhension de ce qui se passe pour eux, et en tant qu’être humains nous sommes limités par la compréhension de ce monde. Ma maman me disait lorsqu’elle me punissait : « je le fais parce que je t’aime » et à ce moment je pensais qu’elle me détestait mais maintenant en tant qu’adulte je suis reconnaissant pour ce qu’a fait ma mère pour me discipliner.

Certaines personnes ont dit : si Dieu a ses raisons, pourquoi je ne peux pas comprendre toutes les voies de Dieu ? La réponse est simple, si on était capables de le comprendre, il ne serait pas vraiment Dieu, il ne serait pas un être supérieur. Si on comprenait Dieu, alors cela voudrait dire que Dieu n’est pas Dieu. C’est un argument rationnel.
Dieu ne peut pas être non Dieu alors on ne peut pas comprendre ses voies. On ne peut pas espérer avoir toutes les réponses à nos questions, c’est dur et frustrant car on aime à penser que nous sommes les dieux de notre propre existence.

Dans le premier point, nous avons vu que l’existence du mal prouve l’existence du bien mais on ne peut pas comprendre ses lois sur les bases de la logique.

Troisième point, la réponse de la liberté. Quel genre de Dieu pourrait créer un monde où il y a le mal ? Pourquoi permet-il des choses aussi horribles ? S’il est si bon, pourquoi il créerait un monde avec tant de douleurs ?

On sait que Dieu valorise la relation et l’amour plus que n’importe quoi d’autre. Lorsqu’il a crée l’être humain, il l’a crée pour avoir une relation avec lui. Pour qu’une relation soit réelle, il faut qu’elle ait été choisie. Si Tanya avait été forcée de m’épouser, je me serais demandé si elle était sincère. Parce que Dieu veut une relation réelle et sincère avec nous, il nous a laissé le choix, mais quand on a la liberté de dire non à une relation, il y a une probabilité de souffrance.

Les humains ont la liberté et parce qu’on a la liberté, ce qu’on fait avec cette liberté est de notre ressort. On ne peut donc pas blâmer Dieu pour le mal qu’il y a dans le monde car ce mal c’est nous qui l’avons fait. Quand Dieu a crée le monde il a fait quelque chose de bon mais les hommes ont choisi de pêcher. Le mal existe dans ce monde parce que l’être humain est mauvais et comme on ne peut pas blâmer Einstein pour ce que les hommes ont fait des armes nucléaires, on ne peut pas blâmer Dieu pour la souffrance sur terre.

Quatrième point, tout ce qui est arrivé dans votre vie, a fait ce que vous êtes aujourd’hui. On aimerait que notre vie soit comme elle est mais sans cette partie qui nous a fait souffrir. Or, on ne peut pas enlever les mauvaises parties de notre vie.

Pensez à la meilleure personne que vous connaissez ? Pensez à son caractère, ses relations, ses succès, ses sacrifices… Pour moi, Nelson Mandela est un extraordinaire exemple.
Maintenant essayez d’imaginer cette personne, sans les difficultés dans sa vie. Pour moi, Nelson Mandela a pu montrer le pardon même si des choses terribles ont été faites contre lui, mais il n’aurait pas été aussi incroyable s’il n’aurait pas montré cette puissance de pardon. On ne peut pas avoir de courage si le mal n’existait pas, on n’aurait aucune opportunité de montrer la force du cœur humain. A cause de l’existence du mal, on peut montrer la force de notre cœur humain, sinon nous serions tous des robots.

Comment auriez-vous crée le monde ? Si vous enlevez le mal, vous enlevez la liberté de choix, vous obtenez des robots pas des humains.

Pourquoi le mal existe dans le monde si Dieu existe ? Je suis certain que beaucoup ont souffert mais il existe quelque chose de puissant : Jésus a vécu la vie et a souffert comme nous, c’est un Dieu qui a souffert avec nous.

Un parent aimant n’enlève pas la souffrance de son enfant, ce n’est pas possible, mais il est celui qui est prêt à souffrir avec son enfant et c’est ce que Dieu a fait pour nous.

Dernier point, c’est la perspective.
On se focalise souvent sur ce qui est terrible (image d’une naissance : accouchement horrible mais la naissance de l’enfant est magnifique). Quand on ne comprend pas ce qui se passe, on voit juste le moment douloureux et peut-être que vous traversez de terribles souffrances, il y en aura toujours à un moment de notre vie mais un jour dans les cieux il n’y aura plus de souffrances. L’existence humaine dans la perspective de l’éternité est juste un petit moment, si on se soumet à Jésus alors dans l’éternité on sait qu’il n’y aura plus de souffrances.

Peut-être que vous restez frustrés intellectuellement de ma réponse, ce qui peut arriver, et je peux vous conseiller des livres sur le sujet. Peut-être vous n’avez pas été satisfaits émotionnellement car vous avez beaucoup souffert : vous ne trouverez pas la réponse à cela dans un livre académique mais ce dont vous avez besoin c’est de l’amour de Dieu. Dieu fait toujours du bien à partir du mal que les humains ont crées. Peut-être qu’on peut le voir maintenant, peut-être qu’on ne peut pas le voir maintenant mais un jour on saura. »

Pasteur Lance De Ruig – Eglise Liberté

Si vous avez des questions ou désirez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter !

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Le repos pour mon âme

Le repos est le fait de se reposer, état d’une personne qui se repose ; temps pendant lequel on se repose. C’est l’arrêt du mouvement, de l’activité. (Définition du Larousse)

Se reposer peut avoir deux sens (Larousse) :

  1. Cesser de se livrer à une activité fatigante
  2. Se reposer sur quelqu’un : lui faire confiance

Le quotidien peut très vite nous emporter. Le travail, l’école, les distractions, la famille, les amis, les sorties, les courses, les factures, les rendez-vous, … Nos vies sont remplies par des milliers de choses à faire. De bonnes choses certainement la plupart du temps, mais sont-elles essentielles ? Si on devait s’arrêter un instant et réfléchir, où nous conduisent-elles ?

J’ai connu récemment les effets néfastes du manque de repos et de l’accumulation du stress et des occupations, même si j’étais loin de me douter de l’état de mon âme, elle s’est très vite manifestée par différents problèmes de santé, au point où je ne pouvais plus rien faire.

Burn-out, épuisement physique total.

Ma première leçon s’est trouvé dans ce passage de la Bible : Luc chapitre 10 versets 38 à 42

« Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur, nommée Marie, qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, occupée à divers soins domestiques, survint et dit: Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma soeur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de m’aider. Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. »

J’ai posé sur une étagère de ma bibliothèque ce verset : “ Celle-ci vint s’asseoir aux pieds de Jésus et elle écoutait ce qu’elle disait.” Luc 10.39

Ce verset me rappelle ainsi régulièrement l’essentiel : s’asseoir aux pieds de Jésus et l’écouter. Voilà le secret du repos pour notre âme.

Apprendre à lâcher prise, se décharger de nos inquiétudes, se reposer sur Jésus et lui faire confiance.

Il nous dit dans Matthieu chapitre 11 versets 28 à 30 :

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »

Pour moi, les choses ne se sont pas faites du jour au lendemain. Je suis très vite inquiète et c’est ce qui m’amène à vouloir tout contrôler dans ma vie, mais porter seule ce fardeau ne devenait plus possible. J’ai donc tout déposé aux pieds de Jésus : mes peurs, mes craintes et mes inquiétudes. La prière est un moyen efficace que nous avons de pouvoir communiquer avec Dieu, de rester connectée à Lui, alors nous pouvons (et devons) persévérer dans la prière, Dieu répond toujours car il est fidèle.

S’accorder un temps (même court) pour méditer, prier et lire la Bible, est un bon moyen de s’arrêter dans notre quotidien et de laisser Dieu agir. J’ai vu la différence depuis que je lui remet mon temps chaque matin avant de commencer ma journée, je suis plus efficace, plus productive et moins fatiguée. Si nous mettons Dieu en priorité chaque jour, il nous aide à mettre de l’ordre dans nos priorités de vie.

La parole de Dieu représente son joug et ses instructions, ce qu’il nous dit est bon pour nous, pour nous protéger et nous faire du bien même si parfois il est difficile d’y obéir ou de l’accepter, mais pour cela il nous aide car “toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.” (Romains 8.28)

Je vous partage une de ses instructions qui m’a aidé à propos de l’inquiétude :

« C’est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement? Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6 versets 25 à 34)

Si Dieu nous demande de ne pas nous inquiéter, alors nous pouvons lui faire confiance. Il connaît nos besoins et nos difficultés, et pourvoit toujours au bon moment. Comme un enfant, nous pouvons nous reposer sur notre Papa. Cet état d’épuisement dans lequel j’étais m’a amené à ne plus pouvoir vivre comme avant (à courir dans tous les sens et à faire nombre d’activités), bien qu’au début j’étais frustrée, c’est finalement en comptant sur sa grâce que je peux maintenant avancer tranquillement et faire mes activités dans le repos.

Prendre du temps pour soi, pour se reposer, Dieu l’a fait le septième jour, et c’est pour nous un exemple à suivre.

Une étude scientifique a montré que le taux de cortisol, hormone nécessaire pour répondre à notre adaptabilité face au stress du quotidien, se renouvelle tous les sept jours lorsque nous sommes au repos. Dieu a fait les choses parfaitement, notre devoir est simplement de respecter ce qu’il a crée.

Réservez un jour de repos (le même chaque semaine), et accordez-vous un moment pour un soin à la maison ou en institut, une promenade dans la nature, faites vivre votre créativité en écrivant ou en dessinant, passez du temps de qualité en famille ou avec vos amis, … En bref, faites-vous du bien. Ce qui vous aidera à entamer une nouvelle semaine dans la paix, et, avec Dieu, de trouver le repos pour votre âme.

Soyez bénies,

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Dieu console

Je me suis rendue compte que quelques soient les épreuves que nous pouvions traverser, Dieu est avec nous et nous console au milieu de notre tempête.

Il est une lumière dans la nuit ténébreuse,

Un arbre fruitier dans un lieu sans vie,

Un oasis dans le désert,

Une eau désaltérante dans la sécheresse,

Un rayon de miel dans la famine,

Je me suis rendue compte que dans les épreuves, Dieu envoie des personnes pour nous aider à tenir. Leurs prières parvient à son coeur et ensemble nous devenons plus forts en Lui.

Dieu est fidèle, et lorsqu’on croit se noyer, alors que nous sommes en apnée durant ce qui nous semble une éternité, sa main puissante nous soutient et nous sort hors de l’eau.

Je respire, enfin.

De sa main, il sèche mes yeux, et tout devient plus clair.

Je vois sa lumière dans ma nuit ténébreuse.

L’arbre fruitier dans ce lieu sans vie,

L’oasis dans mon désert,

L’eau désaltérante dans cette sécheresse,

Le rayon de miel dans ma famine.

Dieu est fidèle, il transforme notre coeur, notre âme et même notre esprit dans la détresse.

La tempête s’apaise et finit par cesser.

Tout est calme.

Dieu est là.

Joseph (Genèse 37 et 42) fut l’un des personnages bibliques ayant subi des injustices, des violences et des blessures : il été vendu par ses frères comme esclave mais Dieu était avec lui et l’a établi sur la maison des égyptiens, puis il a été mis en prison injustement mais Dieu a mis sous sa surveillance les autres prisonniers. Après un certain temps en prison, Dieu ne l’a pas oublié et l’a sorti en hâte pour l’établir auprès du roi d’Egypte et lui permettre de venir en aide à sa famille dans un temps de famine. 

« Joseph trouva grâce aux yeux de son maître », « Il le mit en faveur aux yeux du chef de la prison »

« L’Eternel était avec lui. Et l’Eternel donnait de la réussite à ce qu’il faisait. »

« Le pharaon fit appeler Joseph. On s’empressa de le faire sortir de prison. »

 « Et le pharaon dit à Joseph: «Puisque Dieu t’a fait connaître tout cela, il n’y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi. Tu seras responsable de ma maison et tout mon peuple obéira à tes ordres. Le trône seul m’élèvera au-dessus de toi. »

Dans notre prison, dans notre souffrance, nous avons l’assurance que Dieu est avec nous et il nous bénit là où nous sommes, quelle grâce et quelle merveilleuse promesse nous avons, gardons-la précieusement dans notre coeur, rappelons-nous qu’Il est fidèle à ses promesses et qu’il est avec nous là où nous sommes. Dieu nous console et ne nous oublie pas, croyons-le simplement, gardons la foi qu’il nous délivre certainement.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Dans les larmes

Il y a des saisons dans la vie auxquelles on ne peut y échapper. C’est là et on a pas le choix, on doit y faire face ou la laisser nous submerger.

Il y a un temps pour tout disait l’Ecclésiaste, et il y a ce temps pour pleurer.

Une personne m’avait dit un jour que les larmes étaient un don de Dieu pour exprimer la souffrance de notre cœur qu’aucun mot ne pouvait décrire.

Je crois qu’il ne faut pas négliger ce temps de larmes, au contraire, il faut l’affronter et mettre le doigt là où ça fait mal. L’être humain a tendance à fuir ce qui fait souffrir (en même temps, qui aime souffrir?) et pourtant on a besoin d’évacuer ce qui nous fait mal pour aller mieux. Le nier ou l’étouffer ne fera qu’empirer l’état de notre être intérieur. Il faut crever l’abcès avant qu’il ne s’infecte.

Il n’y a rien de mal à vouloir s’isoler et s’enfermer dans le noir en mangeant une crème glacée devant un film si vous en ressentez le besoin, mais le danger arrive lorsqu’on en vient à rester dans son coin, à pleurer toutes les larmes de son corps durant des jours entiers et à broyer du noir (si c’est le cas, c’est que vous touchez à la dépression, refusez-là et demandez à Dieu de vous en garder; vous avez aussi besoin d’aide, parlez-en alors à un proche, votre pasteur et/ou à un professionnel). 

Parler de nos peines à Dieu est un doux réconfort car Lui seul nous donne la véritable consolation. Et même si c’est difficile, il faut apprendre à mettre en lumière ce qui ne va pas dans notre cœur. 

Mettre la lumière sur nos ténèbres et nos secrets les plus sombres permet à Dieu de manifester sa puissance et sa gloire en nous. C’est un travail difficile car il nous met face à nos péchés, mais Dieu connaît notre véritable cœur et c’est dans le secret de la prière qu’il opère en nous ce miracle de délivrance, de restauration et de guérison intérieure. Parfois, il arrive qu’on soit tellement las et fatigué, qu’il paraît impossible de prier, mais le Saint-Esprit, par des soupirs, intercède alors en notre faveur. Parfois il devient même nécessaire de se confier à une sœur ou un frère en Christ pour recevoir le soutien psychologique mais surtout spirituel dont nous avons besoin. Il n’est pas nécessaire d’en parler à des tas de personnes, une personne de confiance, fidèle à Dieu, apportera le soutien dont vous avez besoin dans ses prières. La foi est un combat qu’on ne peut mener seule.

« De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables. » Romains 8.26

Il y a un temps pour pleurer et, dans les larmes, c’est le temps de laisser Dieu nous consoler.

« Ceux qui planteront dans les larmes récolteront avec des cris de joie. » Psaume 126.5

Le premier réflexe que j’essaye à présent d’avoir lorsque je vais mal, c’est de me tourner vers Dieu pour lui confier mon état intérieur, ma situation et chercher à écouter sa voix (notamment par la lecture de Sa parole qui est pour nous une vérité à recevoir dans nos cœurs). Avant il m’était plus facile de me tourner vers mes amis, leur expliquer en boucle ce qui n’allait pas, non seulement ça ne me faisait pas forcément du bien – si ce n’est de raviver mes émotions au lieu de les apaiser – et en plus je n’avais pas toujours les conseils et le soutien conformes à la volonté de Dieu pour ma vie. Bien sûr, ils étaient pleins de bonnes intentions mais avec le temps, j’ai réalisé que le meilleur soutien et la meilleure consolation que je puisse avoir, se trouve auprès de Jésus.

« Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos coeurs sous l’inspiration de la grâce. » Colossiens 3.16

Lorsque Lazare est mort, ses sœurs étaient remplies de tristesse et de chagrin. Et lorsque Jésus arriva pour le voir, Marthe part à la rencontre de Jésus, tandis que Marie se jette à ses pieds. Le positionnement est différent et celui du Christ s’harmonise à cette différence : il laisse pleurer Marie, il la laisse parler avec ses larmes et ne lui dit aucune parole de consolation comme à Marthe, mais il va lui répondre en s’associant à son chagrin, par ses larmes*. Comme un ami, Jésus comprend notre douleur, notre peine et notre souffrance, il la vit avec nous et sait trouver la consolation dont nous avons besoin. Il a déjà pris sur lui toutes nos détresses et nos meurtrissures, il est venu pour guérir les cœurs brisés. C’est pourquoi il n’y a pas de meilleure amitié qui puisse vous combler comme cette amitié-là.

J’ai trouvé en Jésus un ami, et j’espère que vous trouverez vous aussi en Lui cet ami parfait.

« 1L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance;

2Pour publier une année de grâce de l’Eternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés;

3Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Eternel, pour servir à sa gloire. » Esaie 61

Comment va ton coeur aujourd’hui ? Laisse Jésus y entrer et sois bénie.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

*Etude biblique sur la mort et la résurrection de Lazare : https://www.chretiens-en-marche.org/paroles-en-chemin/les-résurrections-et-guérisons/la-résurrection-de-lazare/

Références bibliques

Ecclésiaste chapitre 3

01 Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel :

02 un temps pour donner la vie, et un temps pour mourir ; un temps pour planter, et un temps pour arracher.

03 Un temps pour tuer, et un temps pour guérir ; un temps pour détruire et un temps pour construire.

04 Un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour gémir, et un temps pour danser.

05 Un temps pour jeter des pierres, et un temps pour les amasser ; un temps pour s’étreindre, et un temps pour s’abstenir.

06 Un temps pour chercher, et un temps pour perdre ; un temps pour garder, et un temps pour jeter.

07 Un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler.

08 Un temps pour aimer, et un temps pour ne pas aimer ; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix.

09 Quel profit le travailleur retire-t-il de toute la peine qu’il prend ?

10 J’ai vu la besogne que Dieu impose aux fils d’Adam pour les tenir en haleine.

11 Toutes les choses que Dieu a faites sont bonnes en leur temps. Dieu a mis toute la durée du temps dans l’esprit de l’homme, mais celui-ci est incapable d’embrasser l’œuvre que Dieu a faite du début jusqu’à la fin.

Jean chapitre 11

3 Les soeurs envoyèrent dire à Jésus : Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. 4 Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n’est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle.

17 A son arrivée, Jésus trouva que Lazare était depuis quatre jours déjà dans le tombeau. 18 Béthanie était près de Jérusalem, à moins de trois kilomètres,

19 et beaucoup de Juifs étaient venus chez Marthe et Marie pour les consoler de la mort de leur frère.

20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. 21 Marthe dit à Jésus: «Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.

22 [Cependant,] même maintenant, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera.»

23 Jésus lui dit: «Ton frère ressuscitera.»

24 «Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera lors de la résurrection, le dernier jour.»

25 Jésus lui dit: «C’est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt;

26 et toute personne qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?» 27 Elle lui dit: «Oui, Seigneur, je crois que tu es le Messie, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.»

28 Après avoir dit cela, elle alla appeler secrètement sa soeur Marie en lui disant: «Le maître est ici et te demande.»

29 A ces mots, Marie se leva sans attendre et alla vers lui.

30 Jésus n’était pas encore entré dans le village, mais il était à l’endroit où Marthe l’avait rencontré.

31 Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient la virent se lever soudain et sortir; ils la suivirent en disant: «Elle va au tombeau pour y pleurer.»

32 Marie arriva à l’endroit où était Jésus. Quand elle le vit, elle tomba à ses pieds et lui dit: «Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.» 33 En la voyant pleurer, elle et les Juifs venus avec elle, Jésus fut profondément indigné et bouleversé.

34 Il dit: «Où l’avez-vous mis?» «Seigneur, lui répondit-on, viens et tu verras.»

35 Jésus pleura.

Romains Chapitre 8

26 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; 27 et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.

Jacques chapitre 5

16 Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace.

2 Corinthiens chapitre 4
6 Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos coeurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.
7 Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. 8 Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; 9 persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; 10 portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. 11 Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. 12 Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous.

Jean chapitre 15

13 Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. 14 Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. 15 Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. 

Le silence est d’or

Vous connaissez peut-être ce proverbe : la parole est d’argent mais le silence est d’or.

Notre vie actuelle est remplie de toutes sortes de bruits parasites : une circulation dense, une voiture qui klaxonne, le tram qui arrive, un vélo qui vous prévient de sa présence, des enfants qui chahutent, la foule du centre-commercial, la télévision, la radio, une fête entre amis, des membres de votre famille qui se disputent, la pression de la direction au travail, … j’en passe et des meilleures (ou pires).

Une vie tumultueuse qui va à 100 à l’heure, une vie qu’on ne prend même pas toujours le temps d’apprécier. Combien de fois vous êtes-vous déjà arrêté pour réaliser exactement ce que vous étiez en train de faire de votre vie?

J’aime passer du temps dans la prière et la méditation, prendre le temps de réfléchir et de remettre ma vie, mes projets à Dieu, mais est-ce que je prends suffisamment le temps d’écouter Dieu?

Est-ce que je sais m’arrêter pour écouter?

Je crois que notre relation avec Dieu n’est pas à sens unique, Il se réjouit certainement de nos prières qui révèlent notre besoin de Lui dans notre vie, mais il se réjouit certainement autant de se révéler à nos coeurs et de partager avec nous cette relation.

La parole est d’argent mais le silence est d’or.

1 Samuel chapitre 3 :

10 L’Eternel vint et se présenta, et il appela comme les autres fois : Samuel, Samuel ! Et Samuel répondit : Parle, car ton serviteur écoute. 11 Alors l’Eternel dit à Samuel […]

21 L’Eternel continuait à apparaître dans Silo; car l’Eternel se révélait à Samuel, dans Silo, par la parole de l’Eternel.

En lisant ce passage de la Bible, j’ai compris que Dieu désirait notre silence et que nous puissions dire nous aussi : Parle, car ton serviteur/ta servante écoute. Silo signifie “lieu de repos” en hébreu, lieu dans lequel l’Eternel se révélait.

Notre vie quotidienne est tellement prenante, tellement accaparante que le temps finit toujours par nous manquer devant la quantité d’activités qui nous submergent, sans trouver le temps, ou plutôt sans prendre ce temps nécessaire pour nous rendre disponible devant Dieu. Pourtant, Il ne désire qu’une chose, partager un temps de qualité avec nous. Nos prières nous révèlent combien nous avons besoin de Lui, de sa présence, de son soutien dans notre vie; notre silence nous révèle combien Dieu nous aime et nous enseigne sa volonté pour nos vies.

Jésus lui-même se retirait régulièrement dans le silence avec ses disciples.

Marc chapitre 3 :

7 Jésus se retira vers la mer avec ses disciples.

9 Il chargea ses disciples de tenir toujours à sa disposition une petite barque, afin de ne pas être pressé par la foule. 

Comme Jésus, nous pouvons apprendre à nous retirer et à mettre du temps à part pour Dieu, comme ses disciples nous pouvons apprendre à nous asseoir à Ses pieds pour l’écouter.

Dans les profondeurs du silence, l’Esprit de Dieu nous inonde et sa voix se fait entendre.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

 

Vous avez dit dépression saisonnière ?

Avec l’arrivée du froid et de l’hiver, beaucoup parlent de dépression saisonnière influencée par l’exposition insuffisante à la lumière du jour. Les rayons lumineux sont à l’origine de la productivité de la sérotonine qui joue un rôle sur notre humeur et notre état émotionnel, en plus de réguler la mélatonine, l’hormone du sommeil. Ce système hormonal peut se déséquilibrer en hiver, lorsque les nuits sont longues et que nous passons une majeure partie de notre temps à l’intérieur.

La dépression saisonnière touche surtout les femmes à 75%.

Les symptômes que l’on retrouve sont : la fatigue, une tendance à manger beaucoup, une baisse de productivité, l’anxiété, l’irritabilité, la tristesse, l’apathie et l’isolement.

Chacun d’entre nous peut être sujet à une dépression plus ou moins intense selon les personnes. Certes, nous venons de voir l’aspect scientifique qui n’est pas à négliger et qui propose certaines solutions comme l’exposition à la lumière artificielle (luminothérapie), réaménager l’espace de travail et de vie pour les rendre plus lumineux, profiter de la lumière du soleil en sortant dehors à la pause du midi par exemple, faire de l’exercice physique si possible à l’extérieur pour augmenter la production de sérotonine, diffuser à la maison pendant une vingtaine de minutes les huiles essentielles de mandarine, de lavande, de pamplemousse ou de verveine citronnée. 

Ces solutions sont justes mais elles peuvent (et doivent) être conciliées également à un autre aspect tout aussi important qui est du domaine spirituel.

Nous avons tous des faiblesses et des défauts, et nos pensées nous rappellent souvent ce que nous ne sommes pas, ce que nous sommes incapables de faire et ce que nous n’avons pas. Cette petite voix qui te dit : “De toute façon tu n’es pas à la hauteur, tu ne seras jamais capable de le faire”, “Pourquoi fais-tu cela, ce n’est pas ta place, tu ferais mieux de ne rien faire, ils n’ont pas besoin de toi”, ou encore “Tu n’es pas comme eux, ils sont mieux que toi, ils sont qualifiés pour le faire, ils ont les qualités nécessaires mais pas toi”, « Tu n’y arriveras pas », “Cela ne sert à rien”, “Cela ne t’arriveras pas”, “Dieu t’a oublié, il t’a abandonné, il pense aux autres mais pas à toi”.

Le danger est de finir par croire cette petite voix qui finit alors par devenir notre pensée. On se met à broyer du noir, la saison de l’hiver ouvre ses portes, on se renferme, on s’isole, on cède au découragement et on s’apitoie sur notre sort.

Dans cette saison là, la douce voix de Jésus, la douce voix du Saint-Esprit, te dit qu’il ne t’a pas oublié, que tu es capable, qu’Il a mis en toi les capacités dont tu as besoin pour faire ce qu’Il te demande. Ta force tu la puiseras en Lui et dans Sa Parole. Si tu te sens trop faible, ne serait-ce que pour ouvrir la Bible, Il te fortifiera, il t’aidera. Ainsi, Sa pensée deviendra ta pensée.

« N’as-tu pas appris que j’ai préparé ces choses de loin, et que je les ai résolues dès les temps anciens? » Esaie 37.26

« Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » 1 Corinthiens 10.13

« Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchant qu’une épée quelconque à deux tranchants, jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. » Hébreux 4.12

C’est en s’appuyant sur Sa Parole que nous pouvons réaliser les promesses et les encouragements de Dieu pour nos vies. S’attacher à sa parole et la garder dans nos cœurs est une aide précieuse. C’est pourquoi il est important de connaître et d’apprendre certains versets clés que nous pouvons nous rappeler dans des moments de difficultés intenses.

Ce que j’ai à cœur d’entreprendre, c’est de prendre un carnet, un répertoire par exemple, et de noter un verset correspondant à un thème spécifique : la foi, l’encouragement, l’obéissance, l’amour, la paix, les promesses, etc. et de lire et déclarer ces versets chaque fois que je rencontre une situation difficile (de colère, de doutes, de peur, de souffrance …) afin que Sa Parole devienne une vérité ancrée et enracinée dans mon cœur. Ainsi, dans les moments de faiblesses, je sais que je peux avoir en confiance en Dieu, Il me donne le moyen d’en sortir, par sa parole, par la prière, par sa force et par son esprit. 

« L’Eternel trouve t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de Dieu? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. » 1 Samuel 15.22

Concilier des solutions physiques à des solutions spirituelles est un équilibre nécessaire de la vie chrétienne, les deux domaines sont liés et complémentaires, l’un ou l’autre n’est pas à négliger mais à prendre compte, et dans cette démarche, nous pouvons demander à Dieu sa lumière pour nous éclairer.

Je vous invite à lire le chapitre 19 du Premier livre des Rois dans lequel nous voyons comment Dieu fortifie Elie qui a sombré dans la dépression en lui donnant chaque jour la nourriture dont il avait besoin. À méditer…

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma