Comment préparer son mariage ?

Lorsque nous avons décidé de nous marier avec Siméon, il était important pour nous de suivre, avant tout, une préparation au mariage. Notre pasteur et sa femme nous ont ainsi suivi durant toute l’année qui a précédé le jour J. Ces cours de préparation et les temps de prière que nous avons eu en couple ont eu une part essentielle et non négligeable durant les préparatifs.

Pourquoi est-ce important de préparer son mariage ?

On connaît bien cet adage : « l’amour rend aveugle et le mariage rend la vue ». Il est facile de croire que tout ira bien quand on s’aime mais la réalité finit toujours par nous rattraper. C’est pourquoi nous avons tenu à échanger sur des sujets qui allaient bientôt faire parti de notre quotidien.

Les cours de préparation au mariage ont porté sur nos attentes, les finances, la santé, l’Eglise, la foi, la famille, les enfants, les relations aux autres, le travail, la communication dans le couple, le sexe, l’organisation du mariage, …. Des sujets que nous avons abordés selon la Parole de Dieu avec notre pasteur et sa femme durant un temps d’échanges et de partage, environ une fois par mois.

Pour être honnête, ces temps d’échanges étaient un temps de répit pendant l’organisation du mariage, ils nous permettaient de revenir à la réalité et de nous rappeler ce qu’est vraiment le mariage. Car on le sait, nous les femmes, nous pouvons très vite être dépassées par nos rêves et nos envies lorsqu’il s’agit de mariage.

Or, le jour J n’est pas le véritable mariage. C’est avant tout un acte symbolique au yeux de tous et de Dieu qui montre notre engagement mutuel. Le véritable mariage commence le lendemain, sans les artifices, avec notre caractère, notre égo et nos attentes. Cela ne dispense pas de la cérémonie civile et religieuse mais il est nécessaire d’avoir à l’esprit la réalité du mariage.

Et préparer son mariage dans la prière aide à ne pas l’oublier. Siméon et moi avons pris un temps chaque semaine pour prier ensemble, notamment pour l’organisation qui demandait beaucoup d’énergie, de patience, de compromis, de négociations, de disputes et de temps. Nous avons remis chaque décision entre les mains de Dieu, et il ne nous a jamais abandonné, il a su parler à nos coeurs humains et Ses conseils ont été très précieux.

Et si j’ai une idée du mariage que je veux ?

Comme la plupart des femmes, j’avais une certaine idée du mariage que je voulais vivre : au bord de la mer, sur la plage, et d’autres détails qui ne sont pas importants à citer ici. Sauf que Dieu en avait une toute autre idée, mais sa version était parfaite.

Le budget pour un mariage en bord de mer était exorbitant pour notre petit budget (que nous n’aurions de toute façon pas choisi même si nous avions le budget); et bien que déçue et frustrée, je me suis résignée à visiter d’autres lieux. On nous a alors proposé un lieu de réception dans un village retiré à la campagne, en pleine nature : rien à avoir avec ce que je voulais au départ mais ce lieu offrait un cadre bucolique, des bâtisses en pierres au charme historique, en bord de rivière, et la possibilité de faire une cérémonie et le dîner de réception dans le parc. Ce fut le coup de coeur, et comme le domaine venait d’ouvrir, il était deux fois moins cher que ses concurrents de la même gamme.

Sachez aussi qu’un mariage en semaine est moins cher qu’en week-end, nous nous sommes donc arrangés pour nous marier la veille d’un jour férié, en semaine, pour que ce ne soit pas trop contraignant pour nos invités. Certes, au final ce n’était pas le lieu ni la date que je m’étais imaginé, mais c’était bien mieux !

Dieu est aux commandes

De la même manière, Dieu a conduit beaucoup de choses : par exemple, je pus acheter ma robe de mariée moitié moins cher que le prix qu’elle a coûtée au départ. Il m’a suffit d’aller dans un dépôt-vente de robe de mariée qui permet de donner une deuxième vie à une robe déjà portée. Au final, la mienne n’avait même pas été portée auparavant car la personne à qui elle appartenait en a choisi une autre pour son mariage. Il n’y avait pas beaucoup de choix de robes car cela dépendait de ma taille mais c’était suffisant pour trouver celle qui m’allait parfaitement.

Concernant le repas, nous avons décidé de choisir un traiteur qui met en avant la ré-insertion socio-professionnelle de personnes en situation de précarité. Je vous avoue que j’étais assez sceptique au départ car j’avais peur qu’ils ne soient pas assez « pro » pour assurer un mariage, mais très vite j’ai été conquise : ils ne faisaient pas du marketing comme les autres traiteurs, et non seulement ils ont assurés lors du mariage, mais ils ont été aussi très humains, serviables, et nous nous sommes tous régalés.

C’est vrai que le repas n’avait rien d’un traiteur haut de gamme, mais nous avions des produits frais, bio et locaux, pour un prix bien plus que raisonnable. C’est vrai aussi que je fut déçue de la pièce montée qui n’était pas celle que j’imaginais, mais le gâteaux framboise-litchi-rose était tellement délicieux, que nos invités n’en n’ont retenu que le goût.

[Pour les personnes intéressées, le nom du traiteur est la Table de Cana, ils ont plusieurs restaurants en France – c’était aussi pour nous un clin d’oeil aux noces de Cana dans la Bible, un mariage auquel Jésus a assisté et lorsque le vin a manqué, il a fait son premier miracle en changeant l’eau en un vin bien meilleur que le précédent.]

Ainsi, Dieu a été fidèle pour nous permettre d’organiser notre mariage, tout en respectant notre budget, sachant qu’en réalité, nous n’avions pas les moyens de nous payer un tel mariage si nous avions eu les tarifs de base. Sa grâce et sa bonté sont grandes !

Juste avant de commencer la préparation de notre mariage, je suis tombée malade et j’ai perdu mon travail quelques mois plus tard à cause de ma santé. Ce n’était pas du tout ce que j’avais imaginé, étant donné que nous avions besoin d’argent pour financer le mariage. Et nous ne pouvions plus revenir en arrière car nous avions déjà payé l’acompte pour certains prestataires.

Nous avons donc continué à nous tenir dans la prière, malgré les inquiétudes, et, encore une fois, Dieu a été fidèle : nous avons eu le soutien de nos proches, famille, amis et Eglise, pour nous aider financièrement, alors que très peu connaissaient notre situation. Nous en serons toujours reconnaissants.

L’amour du Père pour ses filles

Cela faisait plusieurs mois que Dieu me mettait à coeur d’écrire cet article et je n’ai pas réussi à le faire jusqu’à maintenant. Je crois qu’il tient à nous encourager, nous les femmes, à apprendre à rester centrer sur l’essentiel. Avoir un beau mariage n’est pas l’essentiel mais Dieu nous le donnera parce qu’il nous aime. Peut-être pas de la manière dont nous l’avions imaginé mais d’une manière qui nous surprend agréablement, faisons-lui confiance.

L’essentiel est de pouvoir préparer ce mariage dans la prière et avec Sa parole, et surtout apprendre à lui faire confiance. Cela demande un renoncement à soi et du discernement, mais dans son amour, Dieu nous protège et nous donne ce qu’il y a de mieux pour nous.

Il est inutile de s’attarder sur des détails futiles et de vouloir dépenser des sommes astronomiques pour un évènement éphémère, ce qui compte réellement c’est ce qui va durer, c’est notre coeur pour notre époux et pour Dieu. Garder notre coeur, préparer notre coeur, c’est là que nous devons avant tout mettre notre temps et notre énergie.

D’ailleurs, le verset de notre mariage était Matthieu 6 verset 33 : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. »

Notre mariage ne fut pas parfait mais nous avons été heureux et comblés de cette journée qui restera mémorable, Dieu était présent et Il nous a béni. Mais je peux vous assurer, le véritable mariage, celui qui commence le lendemain du jour J, demande encore plus de patience et de persévérance, et pour tenir, nous avons besoin de Lui 🙂 Mais ça c’est une autre histoire !

Soyez bénies,

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Le pain de vie

Cette période de confinement nous a amené à occuper notre temps d’une manière différente. Et comme pour beaucoup de français, il nous est venu à l’idée de faire notre pain nous-même.

Vous le savez déjà mais les français et le pain, c’est une grande histoire d’amour, on connaît bien le cliché du français avec sa baguette. Il faut savoir que tous les ans en France, il y a 10 000 000 000 de baguettes vendues !

D’après une étude, le pain paraît indissociable de tous les moments de vie des français. Ils ont même peur d’en manquer et cherchent à éviter la rupture de stock ou le gaspillage. Le pain a une place importante dans la vie du français.

Ce qui nous rappelle que Dieu nous a offert un pain tout aussi indissociable de nos moments de vie mais qui, lui, ne peut jamais manquer (heureusement, pas besoin de stocker ou de congeler) car il est tout le temps disponible : c’est Jésus.

Jean 6.35 « Jésus dit : Moi, je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Jésus est notre pain de vie, le pain qui nous donne la vie.

Au même titre que la baguette fournit des nutriments nécessaires au bon fonctionnement de notre corps, Jésus fournit les apports nutritifs essentiels à notre âme, et ces éléments nutritionnels spirituels sont :

  • l’amour, la joie, la paix (en toutes circonstances, même durant cette période difficile à vivre),
  • la patience (pour supporter ce confinement),
  • la bonté, la bienveillance (pour les autres),
  • la foi (pour résister pendant les épreuves),
  • la douceur, la maîtrise de soi.

Des ingrédients qui mettent de la saveur dans notre vie et dans celle de notre entourage (eh oui, n’oubliez pas de partager toutes ces bonnes choses !).

Comme le pain a une place importante dans la vie du français, Jésus a une place importante dans notre vie quotidienne.

Pour terminer, je vous invite à écouter ce chant (cliquez pour écouter) qui dit à Dieu :

« Je m’abandonne, je veux mieux te connaître, fais ta volonté en moi ».

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Où est ton trésor ?

Une de mes activités favorites est le loisir créatif : j’aime peindre, dessiner, créer, … mais le temps manque souvent, ou plutôt je ne prenais pas forcément le temps pour cette activité. Il est plus tentant de regarder une série, aller sur les réseaux sociaux, regarder des vidéos sur YouTube… plutôt que de s’embêter à sortir des crayons, du papier et laisser vivre son imagination, qui, il est vrai, demande un peu d’effort.

J’imagine que certains se reconnaissent car je le sais, je ne suis pas la seule !

Ce temps de confinement oblige à développer notre créativité, en tout cas si ce n’est pas le cas pour vous, je recommande fortement de faire une activité créative pour déconnecter le cerveau des écrans et réveiller la créativité qui sommeille en vous.

En tant que chrétienne, je me suis dis : « pourquoi ne pas allier méditation et créativité ?! ».

Oui c’est possible ! Une pratique très répandue en Amérique et qui commence en France est le Bible Journaling. Il existe des bibles avec, sur chaque page, une marge réservée à la méditation créative.

Ainsi, il est possible d’étudier la Bible, de la méditer et de l’imprégner dans son coeur en inscrivant ses pensées par des dessins, de l’aquarelle, une écriture, …. .

Le mieux est que je vous montre les photos de ma dernière méditation sur ma Bible Journal de bord, ce sera plus simple :

Ma méditation était sur Mathieu chapitre 6.19-21, quand Jésus dit :

« Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur. »

Je crois que cette méditation a toute son importance dans la situation actuelle : où se trouve notre trésor ? Et donc, où se trouve notre coeur ?

Dans les choses terrestres et éphémères, ou bien dans les choses célestes et les promesses de Dieu ?

J’ai trouvé en Jésus la paix, la joie, le véritable amour et la vie en abondance, peu importent les circonstances qui se présentent car il est toujours avec moi.

Peux-tu en dire autant ?

Si ce n’est pas le cas, Jésus t’attends et ne demande qu’à ouvrir ses bras pour t’apporter ce dont tu as besoin. Il ne te reste plus qu’à faire un choix.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Comment va ton âme ?

Dans l’idée de prendre soin de soi durant cette période de confinement, il est peut-être temps de prendre du recul sur notre vie et de se poser les bonnes questions.

Plus d’excuses maintenant, le Covid-19 (ou coronavirus pour les intimes) nous a obligé à faire une pause dans notre vie tumultueuse et bruyante, remplie de quantités d’activités et d’occupations diverses, au point d’en oublier l’essentiel.

Justement, je vous propose de revenir à l’essentiel.

Alors commençons par là où tout commence : notre âme.

Comment va ton âme ?

« Comme on prend soin de son corps et de sa santé, il est important de prendre soin de son âme.

Comment prendre soin de son âme ?

Ce que tu nourris détermine ce qui va dominer sur ta vie.

Commence à « manger » de bonnes choses (Bible), passer du temps dans la présence de Dieu.
Quand tu te nourris de Jesus, tu ressembles à Jesus.

Certains nourrissent leur âme d’insécurité, de frustrations, de blessures,…
Il faut alors revenir à la source qui va venir remplir et donner la vie à ton âme.

Il faut que tu t’arrêtes pour aller boire à cette source.

Il est important de s’arrêter afin de trouver la paix et le repos pour notre âme en Dieu.

Tourmentés par nos soucis, nos problèmes de santé, nos échecs, … on cherche à combler par des choses matérielles et physiques qui vont assouvir un désir personnel et remplacer le vide mais rien à part Dieu ne peut vraiment combler ce vide et cette sécheresse en nous.

Le seul qui peut donner la paix et éloigner le tourment c’est Jesus. Nous ne sommes pas fait pour être auto-suffisants, on a besoin de Dieu.

Alors que je m’arrête et que je prends soin de mon âme, je dois apporter mes fardeaux devant Dieu. Jesus a payé le prix à La Croix pour nous libérer de nos fardeaux. Si on apprend à déposer nos fardeaux devant Dieu alors on reçoit la paix : mon âme est dans la paix.

Il n’y a alors plus de peur d’un diagnostic de maladie, de perte de travail, … car notre confiance est en Lui, on est sans crainte sur ce qui se passera demain.

L’ennemi de l’âme c’est le péché. Il est donc important de déposer nos péchés devant Dieu.

Lorsqu’on a une dépendance forte, la volonté ne veut pas se détacher de cette dépendance et le corps devient esclave du péché. Le corps est esclave de la nôtre volonté et de notre intelligence : l’âme est tourmentée.

Il est important de soumettre notre volonté à la volonté de Dieu pour que notre âme puisse être en paix.

Nourris-tu bien ton âme ? Prends-tu soin de ton âme ?[Cliquez ici pour écouter l’enseignement]

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Pourquoi la souffrance, si Dieu existe ?

Je partage un sujet qui a été abordé dans notre église il y a quelques mois et qui peut nous parler en cette période que nous vivons (j’ai « résumé » l’enseignement mais n’hésitez pas à écouter le podcast pour avoir le message en entier, traduit en français). [Cliquez ici pour écouter]

Pourquoi la souffrance si Dieu existe ?

« Les gens sont spirituellement affamés et je crois que la Parole de Dieu est le pain de vie. Je vais faire de mon mieux pour équilibrer un argument intellectuel, avec amour et compassion pour les personnes qui ont souffert des choses terribles.

Souvent nous demandons pourquoi la souffrance existe parce que nous-mêmes passons par de profondes souffrances.

Premier point : il y a une réalité objective du mal.
Beaucoup de personnes pensent que Dieu ne peut pas être complètement bon s’il y a le mal sur terre, ils remettent en question l’existence de Dieu à cause de l’existence du mal. Si Dieu est bon, pourquoi de mauvaises choses arrivent ? Donc si le mal existe, Dieu n’existe pas, c’est un argument logique.
Pourtant, comment dire que c’est mal si on a rien de bon à quoi le comparer ?

Si on ne croit pas en Dieu, on ne peut pas dire quelque chose est mal. Sans Dieu chacun peut baser ce qui est mal sur sa propre vision des choses, si c’est le cas alors on a 7 milliards de raisons différentes du bien et du mal.

Certaines personnes disent : on a pas besoin de Dieu pour dire ce qui est bon ou mal, c’est l’argument de l’évolution. On sait ce qui est bon ou mal sur la base de ce qui est favorable pour nous. Problème avec cet argument : il enlève toute notion de valeur intrinsèque à l’être humain. On ne peut pas uniquement prendre des décisions sur ce qui est bon pour l’évolution de l’espèce car il y a une valeur à l’intérieur de chaque être humain.

Le second point est la limite de la connaissance humaine.
Les enfants sont limités par la compréhension de ce qui se passe pour eux, et en tant qu’être humains nous sommes limités par la compréhension de ce monde. Ma maman me disait lorsqu’elle me punissait : « je le fais parce que je t’aime » et à ce moment je pensais qu’elle me détestait mais maintenant en tant qu’adulte je suis reconnaissant pour ce qu’a fait ma mère pour me discipliner.

Certaines personnes ont dit : si Dieu a ses raisons, pourquoi je ne peux pas comprendre toutes les voies de Dieu ? La réponse est simple, si on était capables de le comprendre, il ne serait pas vraiment Dieu, il ne serait pas un être supérieur. Si on comprenait Dieu, alors cela voudrait dire que Dieu n’est pas Dieu. C’est un argument rationnel.
Dieu ne peut pas être non Dieu alors on ne peut pas comprendre ses voies. On ne peut pas espérer avoir toutes les réponses à nos questions, c’est dur et frustrant car on aime à penser que nous sommes les dieux de notre propre existence.

Dans le premier point, nous avons vu que l’existence du mal prouve l’existence du bien mais on ne peut pas comprendre ses lois sur les bases de la logique.

Troisième point, la réponse de la liberté. Quel genre de Dieu pourrait créer un monde où il y a le mal ? Pourquoi permet-il des choses aussi horribles ? S’il est si bon, pourquoi il créerait un monde avec tant de douleurs ?

On sait que Dieu valorise la relation et l’amour plus que n’importe quoi d’autre. Lorsqu’il a crée l’être humain, il l’a crée pour avoir une relation avec lui. Pour qu’une relation soit réelle, il faut qu’elle ait été choisie. Si Tanya avait été forcée de m’épouser, je me serais demandé si elle était sincère. Parce que Dieu veut une relation réelle et sincère avec nous, il nous a laissé le choix, mais quand on a la liberté de dire non à une relation, il y a une probabilité de souffrance.

Les humains ont la liberté et parce qu’on a la liberté, ce qu’on fait avec cette liberté est de notre ressort. On ne peut donc pas blâmer Dieu pour le mal qu’il y a dans le monde car ce mal c’est nous qui l’avons fait. Quand Dieu a crée le monde il a fait quelque chose de bon mais les hommes ont choisi de pêcher. Le mal existe dans ce monde parce que l’être humain est mauvais et comme on ne peut pas blâmer Einstein pour ce que les hommes ont fait des armes nucléaires, on ne peut pas blâmer Dieu pour la souffrance sur terre.

Quatrième point, tout ce qui est arrivé dans votre vie, a fait ce que vous êtes aujourd’hui. On aimerait que notre vie soit comme elle est mais sans cette partie qui nous a fait souffrir. Or, on ne peut pas enlever les mauvaises parties de notre vie.

Pensez à la meilleure personne que vous connaissez ? Pensez à son caractère, ses relations, ses succès, ses sacrifices… Pour moi, Nelson Mandela est un extraordinaire exemple.
Maintenant essayez d’imaginer cette personne, sans les difficultés dans sa vie. Pour moi, Nelson Mandela a pu montrer le pardon même si des choses terribles ont été faites contre lui, mais il n’aurait pas été aussi incroyable s’il n’aurait pas montré cette puissance de pardon. On ne peut pas avoir de courage si le mal n’existait pas, on n’aurait aucune opportunité de montrer la force du cœur humain. A cause de l’existence du mal, on peut montrer la force de notre cœur humain, sinon nous serions tous des robots.

Comment auriez-vous crée le monde ? Si vous enlevez le mal, vous enlevez la liberté de choix, vous obtenez des robots pas des humains.

Pourquoi le mal existe dans le monde si Dieu existe ? Je suis certain que beaucoup ont souffert mais il existe quelque chose de puissant : Jésus a vécu la vie et a souffert comme nous, c’est un Dieu qui a souffert avec nous.

Un parent aimant n’enlève pas la souffrance de son enfant, ce n’est pas possible, mais il est celui qui est prêt à souffrir avec son enfant et c’est ce que Dieu a fait pour nous.

Dernier point, c’est la perspective.
On se focalise souvent sur ce qui est terrible (image d’une naissance : accouchement horrible mais la naissance de l’enfant est magnifique). Quand on ne comprend pas ce qui se passe, on voit juste le moment douloureux et peut-être que vous traversez de terribles souffrances, il y en aura toujours à un moment de notre vie mais un jour dans les cieux il n’y aura plus de souffrances. L’existence humaine dans la perspective de l’éternité est juste un petit moment, si on se soumet à Jésus alors dans l’éternité on sait qu’il n’y aura plus de souffrances.

Peut-être que vous restez frustrés intellectuellement de ma réponse, ce qui peut arriver, et je peux vous conseiller des livres sur le sujet. Peut-être vous n’avez pas été satisfaits émotionnellement car vous avez beaucoup souffert : vous ne trouverez pas la réponse à cela dans un livre académique mais ce dont vous avez besoin c’est de l’amour de Dieu. Dieu fait toujours du bien à partir du mal que les humains ont crées. Peut-être qu’on peut le voir maintenant, peut-être qu’on ne peut pas le voir maintenant mais un jour on saura. »

Pasteur Lance De Ruig – Eglise Liberté

Si vous avez des questions ou désirez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter !

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Dieu console

Je me suis rendue compte que quelques soient les épreuves que nous pouvions traverser, Dieu est avec nous et nous console au milieu de notre tempête.

Il est une lumière dans la nuit ténébreuse,

Un arbre fruitier dans un lieu sans vie,

Un oasis dans le désert,

Une eau désaltérante dans la sécheresse,

Un rayon de miel dans la famine,

Je me suis rendue compte que dans les épreuves, Dieu envoie des personnes pour nous aider à tenir. Leurs prières parvient à son coeur et ensemble nous devenons plus forts en Lui.

Dieu est fidèle, et lorsqu’on croit se noyer, alors que nous sommes en apnée durant ce qui nous semble une éternité, sa main puissante nous soutient et nous sort hors de l’eau.

Je respire, enfin.

De sa main, il sèche mes yeux, et tout devient plus clair.

Je vois sa lumière dans ma nuit ténébreuse.

L’arbre fruitier dans ce lieu sans vie,

L’oasis dans mon désert,

L’eau désaltérante dans cette sécheresse,

Le rayon de miel dans ma famine.

Dieu est fidèle, il transforme notre coeur, notre âme et même notre esprit dans la détresse.

La tempête s’apaise et finit par cesser.

Tout est calme.

Dieu est là.

Joseph (Genèse 37 et 42) fut l’un des personnages bibliques ayant subi des injustices, des violences et des blessures : il été vendu par ses frères comme esclave mais Dieu était avec lui et l’a établi sur la maison des égyptiens, puis il a été mis en prison injustement mais Dieu a mis sous sa surveillance les autres prisonniers. Après un certain temps en prison, Dieu ne l’a pas oublié et l’a sorti en hâte pour l’établir auprès du roi d’Egypte et lui permettre de venir en aide à sa famille dans un temps de famine. 

« Joseph trouva grâce aux yeux de son maître », « Il le mit en faveur aux yeux du chef de la prison »

« L’Eternel était avec lui. Et l’Eternel donnait de la réussite à ce qu’il faisait. »

« Le pharaon fit appeler Joseph. On s’empressa de le faire sortir de prison. »

 « Et le pharaon dit à Joseph: «Puisque Dieu t’a fait connaître tout cela, il n’y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi. Tu seras responsable de ma maison et tout mon peuple obéira à tes ordres. Le trône seul m’élèvera au-dessus de toi. »

Dans notre prison, dans notre souffrance, nous avons l’assurance que Dieu est avec nous et il nous bénit là où nous sommes, quelle grâce et quelle merveilleuse promesse nous avons, gardons-la précieusement dans notre coeur, rappelons-nous qu’Il est fidèle à ses promesses et qu’il est avec nous là où nous sommes. Dieu nous console et ne nous oublie pas, croyons-le simplement, gardons la foi qu’il nous délivre certainement.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Etre chrétien, qu’est-ce que c’est ?

Ces derniers temps je me demandais quel regard pouvait-on avoir sur un chrétien, surtout lorsqu’on ne partage pas la même foi ou les mêmes convictions.

Je me souviens que lorsque j’étais adolescente et que je voyais les personnes chanter à l’église, je ne comprenais pas comment on pouvait louer et adorer un Dieu qu’on ne voyait pas et qui plus est n’existe peut-être pas. Certes, on dit que la Bible est la parole de Dieu et la foi de ces personnes semblait sincère mais en tant qu’étudiante en filière scientifique, rien ne prouvait concrètement que Dieu existait et que la Bible n’était pas juste un conte inventé.

[Par la suite, j’ai appris qu’il existait des faits historiques et des preuves scientifiques qui révélaient la véracité de la Parole de Dieu, que la science est la foi ne s’opposaient pas forcément.]

En réalité, je n’avais pas encore compris l’amour de Dieu. Je l’ai réalisé à 19 ans, lorsque j’ai compris que Dieu avait sacrifié son fils Jésus pour pardonner mes péchés et me sauver, il l’a fait par amour, et Jésus avait accepté ce sacrifice par amour.

L’être humain par définition est pécheur, son coeur se porte vers de mauvais désirs et cela fait partie de sa nature, de son essence. L’orgueil fait partie de nous, le mal est attaché à nous, même si nous voulons faire le bien comme disait l’apôtre Paul, c’est le mal que nous faisons. Je peux faire toutes les bonnes actions que je veux mais il suffit d’une pensée impure, d’un mensonge qui paraît innocent ou d’un geste guidé par la colère ou la jalousie pour commettre ce qui est mal. La nature humaine est pécheresse et l’homme est ainsi devenu esclave de cette nature.

Le seul moyen de pouvoir délivrer l’homme de cette nature mauvaise, charnelle et passionnelle, était le plan rédempteur de Dieu. Jésus était pleinement humain mais il était aussi pleinement Dieu. Il a été tenté comme nous, il a ressenti la colère et la tristesse comme nous, mais en cela, il n’a jamais péché car il est le fils de Dieu. Pour être pardonné, il fallait qu’un agneau sans tâche soit sacrifié, et Jésus était cet agneau sans tâche car il n’avait jamais péché.

Ce sacrifice nous donne aujourd’hui la possibilité d’être pardonné, de nous repentir, d’être libéré du péché et de changer notre attitude, de nous dépouiller de notre nature humaine pécheresse pour revêtir une nouvelle nature, celle du coeur de Dieu.

Le chrétien est-il alors devenu parfait?

Un jour, une amie m’a dit qu’elle avait l’impression que les chrétiens essayaient de tout faire pour plaire à Dieu par leurs chants, leur façon d’aimer Dieu, de parler de Lui. Et parfois, j’entends dire que telle personne a fait quelque chose qu’il ne fallait pas alors qu’elle est chrétienne. 

Il est vrai qu’un chrétien devrait et doit donner un bon témoignage, mais avant tout un chrétien est un pécheur qui a reconnu sa faute, s’est humilié et a découvert son besoin de Dieu pour avancer et grandir.

Jésus est pour nous un modèle, un exemple et s’attacher à Lui nous aide à nous approcher de Dieu. Il est le seul chemin qui nous conduit à la vérité et à la vie éternelle. La vie éternelle c’est non seulement avoir l’assurance de le retrouver au ciel mais c’est aussi la paix, la joie et la vie pour nos âmes en abondance, en tout temps et en toutes circonstances. 

Aucun être humain n’est parfait, un chrétien ne l’est pas plus, il a lui aussi ses faiblesses et ses combats. Le chrétien dans son humanité est imparfait, mais il choisi de s’appuyer sur Dieu pour tenir sur le bon chemin, il choisi de se conformer à Sa Parole et de faire sa volonté car elle est bonne pour lui. Le chrétien choisi de donner sa vie et son coeur à Jésus, le seul homme qui dans son humanité a été parfait.

En fait, c’est par sa reconnaissance envers un tel acte d’amour, le sacrifice de Jésus, que le chrétien découvre une passion et un coeur brûlant pour Celui qui l’a pardonné et sauvé.

Jésus dit : “Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.”

Acceptes-tu Jésus dans ta vie?

Si tu as des questions ou si tu désires aller plus loin, n’hésites pas à venir me contacter.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

Sagesse d’en-haut

La sagesse a toujours été un aspect de Dieu qui me fascinait. Une sagesse infinie qui dépasse la sagesse de l’homme.

Dans la Bible, le livre des Proverbes regorge de conseils et d’instructions pour nous conduire dans la sagesse de Dieu et c’est à chaque fois pour moi une source d’eau vive pour mon âme. Je suis émerveillée devant une telle sagesse, des paroles qui suscitent en moi une admiration et un profond respect face à tant de connaissances.

Ce livre a été écrit par le roi Salomon, un roi rempli de la sagesse de Dieu. Lorsque Dieu lui demanda ce qu’Il désirait, il demanda la sagesse et l’intelligence afin d’avoir du discernement pour diriger le peuple d’Israël, et Dieu le lui accorda. (Livre 2 Chroniques chapitre 1).

La sagesse de Dieu confond les sages de ce monde car Sa sagesse est au-delà des pensées du cœur de l’homme. Sans Dieu notre cœur est soumis à des pensées qui nous rendent esclaves; avec Dieu, notre cœur devient Son cœur et nos pensées deviennent Ses pensées. 

Salomon nous dit au premier chapitre des Proverbes que si nous désirons la sagesse, si nous désirons recevoir la connaissance et le discernement, nous devons écouter. Puis il nous donne la première étape pour accéder à la sagesse de Dieu : 

 » Le commencement de la sagesse, c’est la crainte de l’Éternel. » (Proverbe chapitre 1 verset 7)

Ici la crainte signifie le respect de Dieu, le respect de Sa Parole dans notre vie. 

Notre coeur humain, rempli de désirs et de convoitises, nous éloigne de la sagesse de Dieu, nous pouvons craindre religieusement Dieu par de bonnes actions mais notre coeur demeure le même. C’est pourquoi, Jésus qui a donné sa vie pour nous sauver, a porté avec lui à la croix nos péchés, nos désirs mauvais et les convoitises de notre coeur. Ainsi, il nous a rendu libres afin de recevoir en Lui la vie éternelle. Marcher dans la sagesse par la chair c’est nous donner gloire à nous-même mais marcher dans sa sagesse par Son esprit, c’est confier à Dieu notre cœur pour le laisser vivre en nous.

Nous pouvons alors demander à Dieu Son Esprit afin que nous puissions avoir Ses yeux et recevoir Son cœur pour comprendre Sa sagesse.

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma

La course contre la montre

« Le temps est un espace crée par Dieu pour se réaliser pleinement en Lui. Peut-être dites vous :  » Si j’avais du temps, je serai, je ferai, j’irai, je deviendrai…  » Mais, comprends que tu n’as pas besoin plus de temps pour changer, tu as besoin de plus de Dieu ! « 

Le train-train de notre vie quotidienne peut parfois tellement nous absorber que nous finissons par entrer dans une course incontrôlable contre la montre. Cette course est peine perdue. Nos nombreuses et diverses activités absorbent notre temps et notre énergie, et nous entrons dans le jeu en pensant pouvoir les gérer alors que ce sont en fait elles qui nous contrôlent : elles prennent notre temps et puisent notre force. 

Une vie bien remplie n’est pas une mauvaise chose en soi mais savons-nous pourquoi nous réalisons certaines activités? Que m’apportent-elles? Qu’apportent-elles aux autres? Quelles sont mes priorités? Une vie bien remplie n’est pas une mauvaise chose en soi si nous savons pourquoi nous les réalisons et dans quel but.

Plus important encore, une vie bien remplie commence par laisser la première place à Dieu. Prendre du temps chaque jour dans la prière et la Parole de Dieu nous permet d’être renouvelé. Malgré des journées parfois lourdes et difficiles, ce temps de ressourcement m’aide à persévérer et à tenir, à être renouvelé dans mes forces physiques et morales et à garder sa paix chaque jour. 

J’ai ainsi appris à réduire et à éliminer certaines activités futiles du quotidien pour laisser place à des activités plus enrichissantes pour ma vie. En mettant Dieu à la première place, Il nous aide à revoir nos priorités et nous conduit dans Sa volonté pour nos vies.

Courir oui, mais pour qui, et pour quoi? 

L’apôtre Paul, lui savait :  « Je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. »

Une promesse de Dieu pour nous : 

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »

Nous pouvons solliciter l’aide de Dieu et apprendre à nous reposer en Lui, à puiser notre force en Lui, à lui remettre chacune de nos journées afin qu’Il puisse diriger nos activités et que nous puissions recevoir sa paix.  

Saisissons avec foi sa promesse 🙂 

 

Pour une vie passionnée,

                                                            Emma